20 avril 2020

La vengeance de la nature



En ces temps sombres, le texte ci-dessous de Marie-Louise van Franz extrait du chapitre, la revanche de la déesse dans son livre « La femme dans les contes de fées » demeure, nous pouvons le dire, d’actualité !

La vengeance de la nature est reliée de près à la situation grave qui est l’un des plus grands problèmes de notre temps : à savoir, celle créé par les immenses progrès techniques et rationnelles - en particulier dans le domaine de la médecine - de la civilisation occidentale. Ces problèmes sont la conséquence de la domination de la race blanche. Bientôt le monde risque d’être en état de surpeuplement sans espoir…/…. Peut-être la nature inventera-t-elle un nouveau virus car ceux-ci sont capables de mutation étonnante ou bien la surpopulation créera un tel état d’irritation que la Russie, les États-Unis ou une autre nation déclarera la guerre atomique. L’Humanité devant être réduite d’une façon ou d’une autre.

La dégradation de la Terre soulignée par Marie-Louise van Franz, représente toujours pour toute l’humanité un problème immense et urgent  ;  simplement ce qui change aujourd’hui, c’est que nous ne pouvons plus l’ignorer ; pas un jour ne se passe sans que chercheurs et scientifiques ne tirent la sonnette d’alarme dans la presse pour y égrener les chiffres tragiques de la déforestation intensive, de la dégradation massive de l’environnement liée à la surpopulation, et de la destruction de la biodiversité. A cela s’ajoute, faut-il s’en étonner, l’accélération du changement climatique qui affecte d’ores et déjà la vie et la santé des humains. Et pour couronner le tout, il y a le dernier coronavirus (1) qui en s’invitant sans prévenir sur toute la planète fait vaciller de son piédestal la mondialisation et étale sous nos yeux la vulnérabilité et l’impréparation de l’espèce humaine face à une riposte violente de la nature.

Selon Marie-Louise von Franz, ces problèmes sont la conséquence de la domination de la race blanche. Sans doute veut elle parler des habitants du monde développé où domine le crédo du bien heureux progrès des sciences, de la médecine, de la technologie ; tous ces progrès sont une très bonne chose, puisqu’ils ont permis d’améliorer les conditions de vie sur terre ; mais ce crédo humain a aussi créé depuis plusieurs dizaines d’années l’économie de l’illimitation c’est-à-dire le dogme de la croissance sans limite, sans fin et dénuée de sens. La croissance pour la croissance est devenue l’objectif primordiale (2). Ce qui est extrêmement grave, c’est que le dogme de la croissance se fiche des conséquences terribles qui s’en suivront pour la planète terre et l’humanité. L’attitude humaine rationnelle, bonne et supérieure laisse ainsi entrevoir son côté sombre : « L’humain est un omnivore devenu un superprédateur, dégradant chaque année l’équivalent de la moitié de l’Union européenne de terres cultivables(3) ! ». Mais pour aller où, dans quelle direction ? Ce n’est pas parce que nous jouissons de technologies supérieures que notre monde est plus agréable à vivre. Au contraire, notre modèle de développement créé de plus en plus de souffrance humaine, de maladie et de pauvreté ; et pour le présent, le monde doit faire face à un virus mortel et hyper contagieux.

Pour faire face à un problème avec efficacité, il faut l’envisager dans sa totalité, nous dit Marie-Louise von Franz. En terme mythologique la nature dans sa totalité à l’image de notre terre ou de notre planète, porte le nom de déesse-mère ; les différentes mythologies nous apprennent que la déesse-mère symbole de la Terre-Mère n’est pas seulement belle, nourricière et merveilleuse. Elle possède également un aspect sombre, qui est un principe de justice, de punition et de vengeance féminin. En Grèce antique ce principe était représenté par la déesse Némésis pour la justice, et par la déesse Thémis pour la vengeance.  Autrement dit, il nous faut comprendre que dans la nature il existe un côté sombre, cruel, vengeur, dur et sévère qui ne laissera pas les humains agir indéfiniment comme bon leur semble. Une justice naturelle viendra inévitablement rectifier dans un sens total et naturel les lois ou plutôt l’absence de lois masculines prises et d’actions collectives entreprises pour préserver la vie sur terre. Contrairement à la justice masculine, qui fait appelle au logos, et donc à une décision humaine, le principe de justice et de vengeance féminin agit comme une conséquence naturelle, comme une réaction instinctive inévitable ; la nature frappe, punit bien qu’aucune loi éthique n’ait été enfreinte.
Prenons l’exemple suivant : l’éleveur de porcs en Bretagne qui produit du lisier en très grande quantité pour les terres agricoles et qui pollue massivement les nappes phréatiques n’enfreint pas les lois, au regard de la loi masculine… Par contre, le fait qu’il n’y ait pas de loi pendant des années et des années pour restreindre la production de polluants, imaginez-vous combien cela pourrait tout naturellement déclencher la fureur instinctive, aveugle et destructrice de la déesse. 
De plus, les mythes, les contes et les légendes nous apprennent que si l’on ignore un dieu ou une déesse ils se manifestent d’autant plus dangereusement. Ce qui signifie que l’aspect sombre de la déesse se tient en embuscade prêt à dégainer son épée et à frapper très fort, si on l’oublie entièrement. L’oublier, c’est mener ses activités humaines sans tenir compte de son existence ; imaginer une vie humaine sans prendre soin de votre maison, de votre fille, de votre mère de votre grand-mère, de vos intestins, de votre diabète ; inévitablement, il y aura des conséquences naturelles dans votre vie relationnelle et familiale et sur votre santé.
Ne pas l’oublier revient à changer notre relation avec l’environnement naturel, la terre, la planète, tous ses habitants, l’air que nous respirons ; cela revient à l’aimer et à le respecter.

Est-ce que le coronavirus correspond à une vengeance de la nature ? Un virus hautement mortel règlerait, certes, le problème de la surpopulation mondiale. Mais je préfère penser que nous ne sommes pas arrivés à ce niveau de vengeance nécessaire à la survie de l’humanité. Le temps nous est certes compté pour agir. Disons que dans le temps compté, s’offre à nous, un temps d’arrêt salutaire, grâce au confinement. En effet, le confinement a provoqué un coup d’arrêt à la croissance économique illimitée, ainsi qu’à nos vies modernes fiévreuses, laissant ainsi pendant quelques semaines la nature à l’intérieur et à l’extérieur de nous, reprendre son souffle. Permettons à ce temps dans le temps court qu’il nous reste pour agir, de nous offrir la possibilité de réfléchir, d’innover, d’inventer, de créer et de rechercher de nouvelles solutions. 
Donnons-nous les moyens de devenir plus acteur et responsable de la fin d’un monde qui arrive.  Quel monde nouveau voulons-nous pour demain ?
Je suis sûre d’une seule chose, c’est qu’il nous faut agir très vite car nous pourrions subir « demain de nouveaux épisodes, avec des monstres autrement plus violents que ce coronavirus » (4) ! Ce qui signifie qu’en l’absence d’actions humaines plus justes et en lien de concorde et de paix avec la planète et tous ses habitants, le côté sombre de notre terre bonne et généreuse pourrait dégainer son épée ! 

 Illustration : Gaëlle BACQUET




(1) La couronne est un symbole du Soi
(2) Pourquoi une société de décroissance – Serge Latouche – (Libre de Solidarité 2015)
(3)&(4) Les changements nécessaires sont civilisationnels  - Jean-François Guégan – le monde 17 avril 2020)

2 commentaires:

  1. Merci pour cet article...
    Oui, je suis d'accord.
    La Terre ne supportera plus longtemps notre arrogance et notre hybris. Il est urgent de changer d'orientation et de montrer de plus hautes valeurs.
    Sur ce thème de la "Colère" de la Terre-Mère, on peut relire l'excellent livre de Denis Marquet : "Colère".

    https://livresdor.blogspot.com/2020/04/88-denis-marquet-colere.html

    RépondreSupprimer
  2. Un grand merci amical et très chaleureux Licorne pour ce message très sympathique et les références du livre sur la colère que je ne connaissais !

    RépondreSupprimer